Featured Posts

Heat and Thought - La pensée sous canicule

What impact does heat have on thought process? A study by P. Batra and R. Garg (2005)* on rats showed a decrease in memory at temperatures higher than 90 or 100 degrees, good memory at 77 degrees and only slight drop in memory at lower temperatures (60° and 45°). A study on humans, published the same year by J.K. Kahl (2005)** showed no difference in mental performance, despite bodily discomfort in higher temperatures, though the maximum temperature tested was only 80 degrees. Though other studies have shown variable results. It would have been interesting to see the results of a study on humans at temperatures of 90 and 100.

Diurnal, I feel more drawn to working in daylight hours and am often inclined to resting when it's dark out. The days are easily 16 hours long at the moment, so it's potentially quite a productive time of year. I tend to do well in warm and even slightly hot weather. My home is north facing, and gets a breeze.

Though this week highs are hovering around 100 with no wind. Many are staying put, when possible: shades drawn, windows closed, keeping out the sauna-like heat.

Over these past days, during the heatwave, in several meetings, with different people in different environments, the flagging energy was visibe. Many seemed momentarily slowed by the heat,. Attention clearly wavered for many. There were moments of passing physical unease for one or another. Back home, with the shades drawn, and temperatures in the 90s, it's not so simple to work or think well. Most animals will find a cool shady place and wait until the heatwave passes, emerging only to eat or drink as needed.

Sun, collage, 1m x 1m, 2013. (Photo taken before completion of collage - Picture made during exceptionally cold, rainy spring in Paris in 2013).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quel impact de la canicule sur la pensée, sur l'attention, la conscience ? Une étude menée par P. et R. Garg Batra (2005)* sur des rats albinos males de poids sembables, a démontre une diminution de mémoire à des températures de 32 ou 38 degrés; des meilleurs des performances à 25 degrés et une très légère baisse de mémoire à des températures basses (7 ° et 15 °). Une étude sur les être humains, publié la même année par J.K. Kahl (2005) ** n'a montré aucune différence dans la performance mentale relatif à la temperature, ceci malgré l'inconfort physique ressenti aux températures les plus élevées. Il est important, cependant, de nuancer que, dans cette étude, la température maximale testée n'était que 27 degrés. Cela aurait été intéressant de voir les résultats d'une étude sur les êtres humains autour de 32 et 38 degrés.

Ces derniers jours il y a eu des temperatures allant jusqu'à 40 dégrés, et sans aucun vent balayant. Beaucoup évitent de sortir si possible: les stores et les fênetres restent clos, ainsi empechant que la chaleur n'entre.

Diurne, je suis davantage portée vers un travail au rythme de la lumière du jour et plus enclin à me reposer la nuit. Les journées font facilement 16 heures ces jours-ci. C'est donc potentiellement une période de productivité accrue. Je suis, de plus, relativement à l'aise dans les temperatures légèrement chaudes. L'apartement est orienté nord, avec une brise légère.

Au cours de ces derniers jours, lors de plusieurs réunions, avec des personnes differentes et dans des cadres divers, la chaleur montante au fil des journées, l'on pouvais constater une baisse d'energie chez certains, qui, à la longue, semblaient ralentis par la chaleur par moment. L'attention était visiblement en en fluctuation apparente pour beaucoup d'entre nous. Il y avait même des moments passagers de malaise physiques pour quelques uns.

De retour à la maison, avec les rideaux tirées, les températures toujours autour de 35-40, il n'est pas si simple de bien travailler ou penser.

La plupart des animaux se mettraient à l'ombre et au frais, pour émerger seulement àfin de manger ou boire quand nécessaire. Ils attendraient, patients, que ces grosses chaleurs s'estompent.

*Promila Batra and Reema Garg M.D, Effect of Temperature on Memory,Journal of the Indian Academy of Applied Psychology, January - July 2005, Vol. 31, No.1-2, 43-48.

**Jonathan K. Kahl, Room Temperature and Task Effects on Arousal, Comfort and Performance, UW-L Journal of Undergraduate Research VIII (2005)


Recent Posts