Featured Posts

Trêve/ Break or Ceasefire

In French the same word, trêve, means 'ceasefire' or 'truce' and, if modified by the adjective estivale, means 'summer break'. This gives the impression that what one was doing throughout the fall, winter and spring was somewhat of a fight or battle (with oneself? with others?). Children after some arguing or wrestling, when tired of it, or having seen the better of it, sometimes suggest, "Truce?"

During a summer break there can be a letting go of objectives. This letting go might be a necessary step in moving foreward with a clear head. For many, it seems that this summer letting go offers a time to rethink actions and objectives, when none are so pressing.

Going somewhere else seems to help the movement. In France, if one stays in or near the city, so many other people have gone elsewhere, that there is often necessarily somewhat of a time of letting go, lightening up, or perhaps, conversely, going deeper, though certainly this depends on situations and fields. Things are somehow not the same, for many, at least from the last week of July, well into mid-August.

So many less people are around in the summer in the city. This might lead to changing paths, movements, losening the grip of habits, and can be disconcerting or enlightening.

---

Summer Break/Truce,

Trêve Estivale, digital photo, variable sizes, 2015.

---

En français, le mot, 'trêve', signifie 'cesser le feu', ou 'cesser les hostilités', mais aussi 'pause estivale'. Ceci donne l'impression que tout ce que l'on faisait pendant l'automne, hiver et printemps aurait pu être une espèce de bataille (avec soi-même? avec d'autres?). En anglais, cela peut être traduit par 'ceasefire' ou 'truce'. Les enfants, après un temps passé à lutter ou disputer, s'en lassant ou retrouvant bon entente, se suggèrent parfois, 'truce?' ('trêve?')

Pendant la trêve estivale, il peut y avoir une relâchement d'objectifs. Cette relâchement pourrait être une étape nécessaire pour un mouvement vers l'avant, à fin d' avoir l'esprit plus claire. Beaucoup semblent considérer que l'été comporte un temps pour rereflechir leurs actions et intentions, à ce moment ou il y une moindre pression.

Aller ailleurs semble soutenir le mouvement. En France, si l'on demeure dans ou près de la ville, tant de citadins sont partis ailleurs, qu'il y a, souvent, même pour ceux qui restent, une relâchement des habitudes, une allégement, ou inversement, une approfondissement, ceci, sans doute, selon les situations et les métiers. Toutefois, pour beaucoup, les choses se chambardent, entre la tout fin juillet et jusqu'à la mi-aout.

Tant de personne quittent la ville en été. Ceci amène parfois à un changement de voies, de mouvements. Les habitudes perdent parfois leur emprise, ce qui peut être à la fois troublant et édifiant.


Recent Posts